Les Archers Châlonnais
lesarcherschalonnais@laposte.net
06 81 45 45 05

HISTORIQUE

Bien que la 1ère compétition officielle de la discipline aurait eu lieu en 1583 à Finsbury, en Angleterre (rassemblant pas moins de 3000 archers), le tir à l'arc n'apparaît réellement en tant qu'activité sportive qu'en 1754, dans le même pays, sous l'impulsion du fils de Georges II.

C'est en effet à cette date que le Prince de Galles met au point le tir à différentes distances (100, 80 et 60 yards) qui est à l'origine de l'actuel "Tir FITA".
Il fait partie des premières disciplines présentes aux Jeux Olympiques (à partir de 1900) mais y perd sa place après 1920 par manque d'harmonie
entre les différentes nations participantes.

La France, l'Angleterre, les U.S.A., la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et l'Italie réagissent alors et la Fédération Internationale de Tir à l'Arc (FITA) est créée, le 4 septembre 1931, à Low en Pologne.
Le tir à l'arc retrouve sa place aux Jeux Olympiques à Munich en 1972.

En France, dès le Moyen Âge,HISTORIQUE en même temps que Charles VII crée par ordonnance les Francs Archers (le 28 avril 1448, à Montès-lès-Tours), apparaissent de nombreuses confréries qui sont à l'origine des règles et du code d'honneur encore présents dans une certaine forme de pratique contemporaine: La Chevalerie de l'Arc.

La Fédération Française de Tir à l'Arc (FFTA) voit le jour en 1928. Elle succède à la Fédération d'arc de France elle-même issue de la Fédération des compagnies d'arc d'Ile de France créée à l'occasion de l'organisation des J.O. de 1900.

Mais tout ceci ne se serait pas produit si l'arc n'avait pas été inventé… Aujourd'hui, bien que son origine reste un mystère, on estime, grâce aux découvertes archéologiques, que sa première utilisation daterait de 30.000 ans av. J-C.

Mais la figure emblématique du tir à l'arc reste aujourd'hui encore celle du peuple des Indiens d'Amérique du nord qui n'avaient que cette pratique pour lutter contre l'envahisseur.


DISCIPLINE
 
Le tir à l'arc garde toujours un attrait historique et l'archer d'aujourd'hui ne peut souvent démentir le fait qu'il est venu à cette discipline, attiré par le coté affectif et passionnel de l'archerie faisant référence à des images très anciennes (Robin des Bois, combats du Moyen-âge, légendes Indiennes, etc.…)

Mais, il est avant tout un sport d'adresse et de concentration dans sa pratique la plus courante : le tir en salle, mais peut devenir très physique lors de tir campagne ou nature.
C'est aussi un travail du corps étroitement contrôlé par le mental dont les résultats sont sanctionnés immédiatement par la disposition des flèches dans la cible.
Il développe de nombreuses qualités mentales : maîtrise de soi, concentration, précision, recherche d'un objectif, détermination…

Il est accessible à tous et à toutes, quel que soit l'âge et la condition physique et chacun y prendra plaisir de par la variété de ses jeux et la diversité des situations.